Il y a un endroit à Aurangabad qui a complètement été oublié par les habitants de la ville et bien entendu par les touristes, c’est la citadelle d’Aurangzeb.

Il est très difficile aujourd’hui de voir la beauté et la grandeur de la citadelle.

Sur ces deux photos on peut se rendre compte de la grandeur du palais et de ses jardins.

En 1681, Aurangzeb décide de faire d’Aurangabad sa capitale. Pour cela, il fait construire un mur d’enceinte de 10 kilomètres de circonférence avec, dit on, 52 portes d’entrée. Il se reserve une partie de la ville qui se trouve un peu surélevée pour en faire sa citadelle appelée Quil’a Ark.

La porte royale qui permettait d’accéder à son palais existe toujours aujourd’hui , c’est la Rangeen Gate.

Rangeen Gate
Rangeen gate

Le palais est très important car il abrite le gouvernement de l’empire et il sera décidé en son sein, les guerres et les paix avec les royaumes voisins. La palais n’est pas d’une structure spéciale, simplicité qui rythmera la vie d’Aurangzeb mais on peut voir que les jardins respectent la tradition moghole avec les canaux à eau et la luxuriance des arbres et des plantes.

La mosquée est la mosquée personnelle de l’empereur. Construite dans la deuxième moitié du 17ième siècle, elle porte le titre de l’empereur, Alamgir.

Le bâtiment lui-même n’est pas une structure particulièrement importante, mais
il bénéficie de trois dômes surdimensionnés qui surmontent le hall de prière , ne
laissant aucun doute sur sa signification. La mosquée d’Alamgir est conforme à
d’autres mosquées royales avec des salles de prière à trois volets coiffés par des
dômes triples, tels que ceux à voir à Agra et à Delhi.
De tous les bâtiments qui composent cette zone, seul la mosquée personnel de l’empereur et la mosquée des femmes sont encore en bonne état.

IMG_3036.JPG
La mosquée des femmes

Malheureusement le palais est dans un état avancé de décomposition ce qui rend sa visite impossible. Les jardins ont disparu pour laisser place à une école gouvernementale.

Publicités